Tout savoir sur les pièces d’or à cours légal

Pouvons-nous acheter une baguette de pain avec une pièce en or ?

La réponse est oui.

Il existe des pièces en or à « cours légal », c’est-à-dire qu’elles peuvent être acceptées lors de transactions commerciales comme vos billets ou monnaies en euros.

La définition de « cours légal » s’étend à toutes les monnaies officielles. Si le commerçant accepte, nous pouvons payer en euros en dehors de la zone Euro. L’inverse est aussi vrai, un touriste doit pouvoir payer un achat en Europe en Yen ou Dollars… Si le commerçant l’accepte, évidemment.

Pour information, chèques et cartes de paiement ne font pas partie de la monnaie fiduciaire mais de la monnaie scripturale, ils n’ont donc pas de cours légal par définition : un commerçant peut les refuser pour régler les achats.

Et l’or ?

Pour les « pièces de collection à cours légal » et donc les pièces en or qui nous intéressent, la donne n’est pas la même d’après les règles de la banque de France.

Elles possèdent bien un cours légal, mais seulement sur le territoire national de l’État émetteur. Les monnaies en or frappées en France, malgré leur valeur nominale en euros, ne peuvent être utilisées que lors d’une transaction commerciale à hauteur de cette même valeur en France.

De plus, il est extrêmement rare de voir quelqu’un payer sa baguette de pain en or, car sa valeur est définie plus par son poids en or que par le nombre d’euros inscrit dessus. Une pièce de 20 euros en or sera bien composée de l’équivalent du poids en or à hauteur de 20 euros… Au cours existant lors de sa frappe. Sa valeur monétaire est ainsi tributaire des cours de l’or.

La France n’est pas la seule à frapper de telles monnaies. On peut citer dans les pièces les plus connues sur le marché : le Maple Leaf canadien, l’Eagle des États-Unis, le Nugget australien, le Panda chinois ou le Krugerrand frappé en Afrique du Sud. Ce sont celles qui, suivant l’offre et la demande, s’échangent le plus dans le monde.

On peut distinguer deux familles de pièces à cours légal :

  • Les pièces commémoratives ou de collection, frappées lors de grands événements, représentant des symboles ou des lieux. Coupe du Monde féminine, chefs-d’œuvre des Musées côtoient les portraits de Léonard de Vinci ou de Mickey sur le site de la Monnaie de Paris. Il peut aussi s’agir de vieilles monnaies anciennes à forte valeur numismatique. Si elles sont rares, leur prix peut être très supérieur à leur teneur en or, comme la réputée High Relief Double Eagle $20 qui vaut plus de 500 fois sa valeur nominale. Seul bémol dans ce cas, il faut vraiment s’y connaître ou faire appel à un professionnel.
  • Les pièces d’investissement à fort tirage comme le Maple Leaf ou le Panda, sont fabriquées uniquement pour leur teneur en or d’investissement. Ces monnaies ont toujours les mêmes décors gravés, leur valeur nominale est toujours la même. La définition des pièces d’investissement est large : elles doivent avoir été frappées après 1800, avoir eu ou avoir encore un cours légal, et une teneur en or supérieure à 900 pour 1000. Certaines deviennent de fait des pièces de collection suivant leur rareté et leur année de production.

La différence entre la teneur en or et le prix obtenu à la revente est appelée prime, elle peut varier en fonction du cours de l’or et/ou de la rareté de la pièce.

Les avantages des pièces à cours légal

Voici la liste des avantages à investir dans les pièces en or à cour légal :

  • Reconnues et certifiées. Elles sont facilement reconnaissables et leur valeur est connue, contrairement à des pièces exotiques ou relevant de la numismatique pure. Souvent, elles sont vendues avec un certificat, sous scellé. Cette traçabilité les rend plus facilement revendables.
  • Pures à plus de 99 %. La pureté de la pièce est aussi traçable et sa teneur en or est souvent plus élevé que les objets frappés dans les raffineries privées.
  • Réserve de valeur : il y a une différence énorme entre une pièce en or de 100 euros, contenant l’équivalent de 100 euros en or, et un billet de cent euros. Sa revente lors d’une dévaluation monétaire ou d’un bond du cours de l’or surpassera sa valeur faciale.
  • Sur le plan fiscal, le cours légal permet d’acheter des pièces sans payer de TVA, contrairement à certaines monnaies de collection. Idem en cas de vente inférieure à 5000 euros : pas de taxe forfaitaire à payer lors de la transaction. Si la vente dépasse 5000 euros, les taxes seront de 34,5 % sur les plus-values avec un abattement de 5 % au-delà de la deuxième année de détention et une exonération totale après 22 années de détention.

Est-ce rentable ?

Quelle que soit la somme inscrite sur la pièce (ou valeur nominale), la valeur du métal précieux sera la plupart du temps plus élevée, ne serait-ce que de quelques centimes. Comme la teneur en or est primordiale, son prix variera suivant les fluctuations de l’or.

On peut garder ces pièces sur le long terme en attendant une embellie des cours si ceux-ci sont en baisse.

L’achat de pièces à cours légal est, en conclusion, beaucoup plus sécurisant que l’achat de pièces d’or de collection, à l’intérêt purement numismatique qui peuvent être trafiquées, avoir une teneur en or moindre, ou être dépréciées par l’usure.

Quoi qu’il en soit, comme tout investissement, mieux vaut ne pas se lancer sans avoir bien étudié la question, diversifié les sources d’information et surtout, règle numéro 1 des investissements financiers quels qu’ils soient : ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.